Comment faire du compost en appartement ?

Dans la transition Zéro Déchet, on se rend rapidement compte que l'on peut réduire ses déchets et notamment sa poubelle de déchets ménagers en compostant ses déchets organiques, qui représentent quasiment 1 tiers de notre poubelle. 

De notre côté, l'envie était présente depuis quelques temps déjà mais nous habitons en appartement et nous savions qu'il nous fallait trouver la solution qui conviendrait à notre mode de vie. 
Depuis maintenant plus d'1 an, nous compostons et j'avais envie de faire notre retour d'expérience. Qui sait, cela pourrait être possible aussi chez vous?
 



Qu'est-ce que le compost ?


Le compost c'est tout simplement un mélange de matières animales et végétales en décomposition. In fine, la matière obtenue est concentré en minéraux et matières organiques. Dans la nature, ce phénomène se passe tout seul : un fruit tombe, puis se désagrège dans le sol ce qui le "nourrit". 

Le compost -la matière obtenue- peut être mélangée à de la terre ou du terreau afin de l'enrichir. Chose assez incroyable : depuis quelques temps je vois du compost en vente chez Biocoop ou La Vie Claire, en vrac ou en sachet. Le compost est un engrais puissant pour les plantes et plants, connus et reconnus.


Qu'est-ce qu'on peut composter ?


On peut composter l'ensemble des matières végétales : 
  • Les épluchures de fruits et légumes
  • Les pépins, peaux et coquilles d'oeufs
  • Les feuilles 
  • Le thé ou café, en vrac ou en sachet biodégradable
Globalement pas mal de choses se compostent, il faut juste éviter : les agrumes (qui mettent extrêmement longtemps à se décomposer) et les viandes/poissons/produits laitiers.


Quel type de compostage choisir ? 


D'une part, le choix va tout d'abord s'adapter avec votre logement : est-ce que vous habitez en maison avec jardin ou en appartement ?

Le compost de jardin 


C'est la forme la plus classique, idéal chez les particuliers mais qu'on retrouve aussi dans les composts collectifs. Il se place dehors, il n'y a pas de "fond de bac", les matières à composter sont directement en contact avec la terre du sol ce qui permet des échanges et une meilleure décomposition. 
Simple à construire et simple à faire vivre.

Le lombricompost


Le plus connu pour l'usage en appartement, le lombricompost ou vermicompost est à base de micro-organismes qui sont des vers composteurs.

Le bokashi


Méthode japonaise dont on entend un plus parlé depuis quelques temps. Le bokashi fonctionne comme un compost classique si ce n'est qu'il a besoin d'apport de micro-organismes comme des boules de riz, du son de blé ou de la sciure. Une fois la fermentation terminée (lorsque le compost devient bien brun), on peut le mettre dans un tas de compost classique afin de terminer sa décomposition.


  • Si vous avez un jardin : vous pourrez tout faire c'est l'avantage. Un compost, un lombricompost, un bokashi etc.
  • Si vous êtes en appartement : compost collectif, un lombricompost ou un bokashi.



Notre choix de compost


Habitant en appartement dans une grande ville, on a rapidement vu que la solution la plus simple pour nous était de faire partie d'un jardin partagé avec un compost. Ainsi, nous pourrions avoir notre bac à compost dans notre cuisine, puis de manière hebdomadaire, déposer la matière du compost au compost classique de jardin.

L'avantage c'est qu'on sait que le compost est utilisé ensuite pour le jardin justement, par les jardiniers de l'association. Globalement, ce type d'initiative est assez fréquent en ville, les coûts de cotisation sont très faible (je crois qu'on paie 10/15 euros à l'année) et tout est bien géré.

L'inconvénient c'est que le compostage est de plus en plus demandé, certains bâtiments bénéficiant de jardins ou de cour en place pour les résidents, ce qui n'était pas notre cas : nous devions faire la demande à un jardin partagé. C'est donc après 2 ans sur liste d'attente (oui oui) qu'on a réussi à avoir une place. Il faut donc s'armer de patience !

Cependant, on ne regrette absolument pas puisqu'on a considérablement réduit nos poubelles grâce au compost, sans se rajouter beaucoup plus de contraintes.

Nous avons acheté un bac à compost (avec des fitlres à charbon pour retenir l'odeur -quasiment inexistante je vous rassure) qui est dans la cuisine et dans lequel on pose l'ensemble de nos épluchures et coquilles d'oeufs essentiellement. 1 fois par semaine on part au bout de notre rue dans le jardin partagé.



Vous avez essayé le compost ? Est-ce que l'idée vous tente ? 
Dites-moi tout en commentaire !

Tout savoir sur les culottes menstruelles

Dans mon mode de vie plus sain et surtout plus respectueux de l'environnement, j'ai du m'attaquer à un problème qu'on connait toutes : les protections menstruelles. 

Cela fait maintenant plusieurs (4 ou 5, déjà !) années que j'étais passée à la cup menstruelle, j'en étais parfaitement ravie, à la fois sur l'absorption, la tranquillité et facilité pour moi mais aussi le caractère écologique et pratique au quotidien. Et puis je suis tombée enceinte et j'ai du trouver une alternative dès l' "après accouchement" pour diverses raisons.

C'est donc dans cette continuité et toujours dans ma démarche éco-responsable, que j'ai commencé à m'intéresser aux culottes de règles ou culottes menstruelles, et depuis, après avoir testé plusieurs marques, j'avais envie de vous faire un retour complet sur celles-ci puisqu'on en entend beaucoup parler et que je reçois quelques questions sur ce sujet, non abordé ici.




Comment ça fonctionne ? 


Les culottes menstruelles ont plusieurs couches de tissus absorbants et imperméables, c'est ainsi qu'elles peuvent donc absorber le sang du flux des règles mais pas que, vous pouvez aussi les utiliser :
  • En cas de fuites urinaires légères (pratique pour l'après accouchement justement, mais pas seulement)
  • Pour recueillir des pertes blanches et ainsi éviter l'utilisation de protège-slip jetable
  • Pour des pertes en début et fin de règles
  • Pour du spotting ( pour un changement de pilule, dérèglement hormonal, ...)
Les culottes menstruelles garantissent donc le confort et la sécurité sans odeur, sans la sensation "d'avoir une couche" et sans la sensation d'humidité qui est désagréable.


Pour quel flux?


LA grande question quand on passe aux culottes de règle est : quelle est son absorption? Est-ce suffisant?
Il existe plusieurs modèles, l'important est de choisir le modèle adapté à son flux (et à ses goûts maintenant, les culottes de règles peuvent aussi être jolies, on en reparlera). 

Globalement les culottes menstruelles absorbent l'équivalent de 3 tampons, c'est celles qui me conviennent car cela me permet largement de tenir une journée entière, quand je la porte seule ou combiner à une cup.

Bien sûr, il existe des culottes bien plus absorbantes, à vous de voir. Plusieurs choses sont à prendre en compte notamment le fait de pouvoir ou non changer de culotte la journée (pas pratique si vous travaillez en extérieur, possible si vous êtes chez vous) mais aussi si vous la porter seule ou si c'est en complément d'une autre protection hygiénique. Bref, difficile de sortir ici une vérité générale, c'est vous qui trouverez ce qui vous convient le mieux.


Comment laver sa culotte menstruelle ?


Maintenant qu'on a élucidé le mystère de quelle culotte de règle, vient la question : comment la laver, en prendre soin et l'entretenir pour qu'elle reste toujours aussi absorbante avec le temps ?

La "routine lavage culotte menstruelle" est plutôt simple et pour le coup vous avez deux choix : 

> L'option pré-lavage : il y a juste à rincer votre culotte menstruelle à l'eau tiède avant lavage, puis de les glisser dans votre machine avec votre linge habituel. Cet entretien n'est finalement pas plus contraignant que cela mais va vous permettre d'avoir toujours une culotte efficace et absorbante dans le temps.

> L'option direct dans la machine : vous pouvez si vous le souhaitez directement placer votre culotte de règle, sans prélavage, en machine. Pas de souci d'efficacité mais il vous faudra privilégier une machine à 30 degrés maximum (au dessus de cette température le sang va sécher, accrocher et moins bien se laver).

Dans les deux cas, pas d'inquiétude vos autres vêtements ne seront pas tâchés avec du sang lors du lavage en machine.



On en achète combien pour être tranquille? 


Là encore, cela va dépendre de vous, votre flux et sa durée. Avant ma grossesse j'avais 2 jours de règles, maintenant je suis plus autour de 6 jours. Autant vous dire qu'on est plus du tout dans le même niveau.

Je ne peux que vous conseiller d'en prendre 2 pour démarrer et tourner, puis d'en racheter au fur et à mesure afin d'avoir le nombre qui vous convient pour avoir un roulement adéquat et ne pas trop en avoir non plus.

L'idéal quand même est d'en avoir 2 à 3 par jour.

 

Pourquoi passer aux culottes menstruelles? 


Si vous vous posez encore la question, voici d'autres éléments qui devraient davantage vous convaincre de vous tourner vers les culottes de règles.

La première est que c'est une solution économique : une femme dépense en moyenne 2800 euros de protection hygiénique au court de sa vie. Les culottes menstruelles de chez Louloucup coûte moins de 30 euros pièces et vous durera plusieurs années.

La seconde est que c'est plus "sain" pour vous : pas de perturbateurs endocriniens, de cotons blanchis ou de syndrome du choc toxique possible avec les culottes de règles.

Ensuite, évidemment, l'aspect écologique et éco-responsable : une culotte menstruelle sera utilisée plusieurs fois. On les lave et les réutilise, finalement comme une culotte classique. 

Enfin, la culotte menstruelle EST une culotte donc un sous-vêtement, c'est double emploi. Alors on n'hésite pas à la choisi jolie, Louloucup propose des modèles colorés qui changent de ce qu'on peut voir habituellement (à savoir des culottes noires simples) ou des modèles avec des découpes et/ou des empiècements en dentelle. Bref, on peut aussi se faire plaisir là-dessus.


Mon choix de culotte menstruelle? 


J'ai dernièrement reçu les culottes Louloucup et après quelques utilisations je dois dire que j'en suis plutôt ravie. Elles sont confortables et restent jolies.
Ce sont également les culottes menstruelles qui ont une des meilleures composition de celles que j'ai pu tester, à savoir l'utilisation de bambou et coton biologique (certifié GOTS). 

Les prochaines que je me prendrais seront donc les colorées, qui changeront un peu des noires que j'ai.






Vous avez essayé les culottes menstruelles? Quel est votre avis sur cette protection hygiénique ? 
Dites-moi tout en commentaire !
Retour en haut