Les alternatives à l'essuie-tout jetable

Il nous a fallut quelques temps pour abandonner l'essuie-tout jetable, tellement pratique et utile au quotidien (et encore plus avec un bébé !). Dans cette société de (sur-)consommation, on a finalement pris des habitudes et définit des objets comme indispensables ... et pourtant !

Evidemment, trouver une (ou plusieurs alternatives) à l'essuie-tout jetable dans ma démarche de réduction de déchet n'a pas été la priorité, mais rapidement je me suis posée la question. 

Les études ont montré que les français jettent en moyenne 2kg d'essuie-tout par an et par personne. Quand on sait que la production de ce type de consommable n'est pas idéal, que c'est couteux en ressources et qu'il faut avoir recourt à des procédés pas très écologique, j'ai voulu trouver des alternatives.

Depuis quelques années, on n'en achète absolument plus (ni de serviettes jetables), j'avais donc envie de revenir point par point ce par quoi on la remplacer selon l'utilisation première.


Comment faire du compost en appartement ?

Dans la transition Zéro Déchet, on se rend rapidement compte que l'on peut réduire ses déchets et notamment sa poubelle de déchets ménagers en compostant ses déchets organiques, qui représentent quasiment 1 tiers de notre poubelle. 

De notre côté, l'envie était présente depuis quelques temps déjà mais nous habitons en appartement et nous savions qu'il nous fallait trouver la solution qui conviendrait à notre mode de vie. 
Depuis maintenant plus d'1 an, nous compostons et j'avais envie de faire notre retour d'expérience. Qui sait, cela pourrait être possible aussi chez vous?
 



Qu'est-ce que le compost ?


Le compost c'est tout simplement un mélange de matières animales et végétales en décomposition. In fine, la matière obtenue est concentré en minéraux et matières organiques. Dans la nature, ce phénomène se passe tout seul : un fruit tombe, puis se désagrège dans le sol ce qui le "nourrit". 

Le compost -la matière obtenue- peut être mélangée à de la terre ou du terreau afin de l'enrichir. Chose assez incroyable : depuis quelques temps je vois du compost en vente chez Biocoop ou La Vie Claire, en vrac ou en sachet. Le compost est un engrais puissant pour les plantes et plants, connus et reconnus.


Qu'est-ce qu'on peut composter ?


On peut composter l'ensemble des matières végétales : 
  • Les épluchures de fruits et légumes
  • Les pépins, peaux et coquilles d'oeufs
  • Les feuilles 
  • Le thé ou café, en vrac ou en sachet biodégradable
Globalement pas mal de choses se compostent, il faut juste éviter : les agrumes (qui mettent extrêmement longtemps à se décomposer) et les viandes/poissons/produits laitiers.


Quel type de compostage choisir ? 


D'une part, le choix va tout d'abord s'adapter avec votre logement : est-ce que vous habitez en maison avec jardin ou en appartement ?

Le compost de jardin 


C'est la forme la plus classique, idéal chez les particuliers mais qu'on retrouve aussi dans les composts collectifs. Il se place dehors, il n'y a pas de "fond de bac", les matières à composter sont directement en contact avec la terre du sol ce qui permet des échanges et une meilleure décomposition. 
Simple à construire et simple à faire vivre.

Le lombricompost


Le plus connu pour l'usage en appartement, le lombricompost ou vermicompost est à base de micro-organismes qui sont des vers composteurs.

Le bokashi


Méthode japonaise dont on entend un plus parlé depuis quelques temps. Le bokashi fonctionne comme un compost classique si ce n'est qu'il a besoin d'apport de micro-organismes comme des boules de riz, du son de blé ou de la sciure. Une fois la fermentation terminée (lorsque le compost devient bien brun), on peut le mettre dans un tas de compost classique afin de terminer sa décomposition.


  • Si vous avez un jardin : vous pourrez tout faire c'est l'avantage. Un compost, un lombricompost, un bokashi etc.
  • Si vous êtes en appartement : compost collectif, un lombricompost ou un bokashi.



Notre choix de compost


Habitant en appartement dans une grande ville, on a rapidement vu que la solution la plus simple pour nous était de faire partie d'un jardin partagé avec un compost. Ainsi, nous pourrions avoir notre bac à compost dans notre cuisine, puis de manière hebdomadaire, déposer la matière du compost au compost classique de jardin.

L'avantage c'est qu'on sait que le compost est utilisé ensuite pour le jardin justement, par les jardiniers de l'association. Globalement, ce type d'initiative est assez fréquent en ville, les coûts de cotisation sont très faible (je crois qu'on paie 10/15 euros à l'année) et tout est bien géré.

L'inconvénient c'est que le compostage est de plus en plus demandé, certains bâtiments bénéficiant de jardins ou de cour en place pour les résidents, ce qui n'était pas notre cas : nous devions faire la demande à un jardin partagé. C'est donc après 2 ans sur liste d'attente (oui oui) qu'on a réussi à avoir une place. Il faut donc s'armer de patience !

Cependant, on ne regrette absolument pas puisqu'on a considérablement réduit nos poubelles grâce au compost, sans se rajouter beaucoup plus de contraintes.

Nous avons acheté un bac à compost (avec des fitlres à charbon pour retenir l'odeur -quasiment inexistante je vous rassure) qui est dans la cuisine et dans lequel on pose l'ensemble de nos épluchures et coquilles d'oeufs essentiellement. 1 fois par semaine on part au bout de notre rue dans le jardin partagé.



Vous avez essayé le compost ? Est-ce que l'idée vous tente ? 
Dites-moi tout en commentaire !

Retour en haut