Affichage des articles dont le libellé est Featured. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Featured. Afficher tous les articles

Ma recette facile de Golden Latte

Cela fait plusieurs années que je consomme le Golden Latte ou le lait d'or, que j'adore pour son goût d'une part mais aussi parce que c'est une boisson qui est, je trouve, ultra réconfortante en Automne ou Hiver.

Sans compter que cette petite boisson est surtout un booster de défenses immunitaires, qu'on peut donc consommer régulièrement et qui nous fait donc, doublement du bien.



Focus sur le curcuma


Le curcuma est connu et reconnu pour ses nombreuses vertus et dont sa couleur orange ne passe pas inaperçue. Cette racine, très utilisée en médecine chinoise est d'abord plébiscitée pour son côté anti-oxydant. D'ailleurs le Golden Latte est une recette ayuverdique très connu.

Pour en revenir au curcuma, élément phare de cette boisson et qui lui donne notamment cette couleur or significative (attention, le curcuma tâche !), c'est un puissant anti-inflammatoire. Combinée au poivre et au gingembre, on obtient donc un mélange qui décuple finalement les vertus initiales du curcuma.


Préparation de la pâte à Golden Latte


Comme je consomme très régulièrement cette boisson, je me prépare dans un pot un mélange tout prêt très simple à réaliser :
  • 150 mL d'eau
  • 40 grammes de curcuma bio
  • 1/2 cuillère à café de poivre
  • 1/2 cc de gingembre
  • 1 cc de cannelle
Je mélange l'ensemble des ingrédients à feu doux, quelques minutes, le temps d'obtenir une pâte homogène qui se décolle bien des parois.

Puis je stocke cela dans un bocal au frigo, maximum 15 jours.



La recette


Je fais mon Golden Latte avec du lait végétal et je vous le conseille fortement comme le lait de vache n'est pas facilement digérable par l'organisme et que le curcuma aide les troubles digestifs, autant profiter pleinement des vertus.

Je verse 1 tasse de lait végétal dans une casserole et je rajoute une bonne cuillère de ma pâte de curcuma, ainsi qu'un peu d'huile de coco (1/2 cuillère). Vous pouvez également rajouter un filet de miel pour sucré si besoin. Vous mélangez tout cela quelques minutes le temps que la pâte se fonde au mélange et que tout devienne homogène.

Il ne reste qu'à déguster !



0

Mes 25 idées de réutilisation des bocaux en verre



Aujourd'hui nous achetons finalement pas mal de choses stockées dans des bocaux en verre : la moutarde, les petits pois ou les pois chiches, la sauce tomate, les olives ou cornichons. Bref, de plus en plus de produits se trouvent dans des bocaux en verre qui ont l'avantage d'être très bien recyclés.

Dans notre démarche de réduction de déchets, nous nous sommes rapidement désintéressés de tout ce qui était stocké dans du plastique et avons également fait au maximum avec ce que nous avions, c'est-à-dire de réutiliser quand cela est possible plutôt que de jeter. 

Alors ces fameux bocaux en verre, à la maison on les conserve soigneusement et on les réutilise pour pas mal de choses, si bien qu'on en a presque dans toutes les pièces. 

Aujourd'hui j'avais donc envie de vous lister les réutilisations possibles, afin de vous donner des idées et qu'à votre tour vous préfériez les garder plutôt que de les jeter! 
0

10 objets Zéro Déchet à adopter dès maintenant

 On parle Zéro Déchet régulièrement par ici, mais j'avais envie de revenir aux bases. Souvent, quand on débute dans la réduction de déchets, on ne sais pas par où commencer, ce qu'on doit avoir absolument et ce qu'il faut qu'on jette immédiatement. 


Et si c'est également ton cas, sache que tu es bien tombée!

Afin d'éradiquer le plastique et les objets à usage unique qu'on utilise et ré-utilise souvent, j'avais envie de revenir sur 10 objets Zéro Déchet, indispensable chez nous et notamment dans notre mode de vie Zéro Déchet, mais qui je pense sont facilement intégrable dans son quotidien pour remplacer ce qui n'est pas durable et responsable. 




1. La gourde


Je crois que c'est l'objet Zéro Déchet le plus simple à intégrer pour remplacer les bouteilles d'eau en plastique. De mon côté j'ai opté pour une gourde en verre, avec une forte contenance parce que je sais que je bois beaucoup et que je n'ai pas envie de la re-remplir toutes les 10 minutes.

J'y mets directement mon eau filtrée aux perles de céramiques, parfois avec des fruits pour faire une eau aromatisée. Et je l'utilise la journée quand je travaille (l'avoir à côté de moi me rappelle qu'il faut que je boive) mais je l'emporte également à chaque sortie en extérieur pour ne pas être prise de court.


2. Les cotons réutilisables


Que ce soit pour se démaquiller mais également pour le change ou le débarbouillage des enfants, ce fut une vraie révolution pour moi de passer aux cotons lavables.

Il en existe de diverses matières : chanvre, bambou ou coton, selon votre type de peau et l'utilisation. Pour ce qui est de l'entretien, je vous en avais parlé dans un article dédié : comment entretenir ses cotons lavables?


3. L'oriculi


Le passage à l'oriculi a été une évidence pour moi, qui avait toujours de fortes douleurs quand je prenais l'avion et suite aux recommandations de mon médecin d'éviter à tout prix les cotons-tiges traditionnels jetables.

Pour y remédier, plusieurs objets : les cotons tiges lavables (souvent en plastique qui se rince facilement), le jet d'eau classique ou l'oriculi, ce petit objet en bambou que j'ai acheté chez il y a plus de 5 ans et qui m'accompagne toujours !


4. Le savon solide


Finis les savons liquides pour se laver les mains dans les toilettes, le gel nettoyant visage ou le gel douche pour le corps, nous sommes passés aux savons saponifiés à froid et c'est une vraie révolution pour la peau (et la planète !). La durée de vie est bien meilleure, nous avons réduit nos déchets et surtout, notre peau atopique nous dit merci.


5. Les lunch box


Je vous en avais parlé mais afin de réduire les déchets mais également éviter les livraisons le midi ou les sandwich emballés à emporter, nous avons davantage cuisiner depuis quelques mois et cela comprend aussi nos repas du midi à tous les 3.

Sasha va chez la nounou et depuis le début (avec la DME notamment) nous lui préparons son repas du midi ainsi que son goûter. De mon côté, j'essaie au maximum de faire mes repas quand je mange à l'extérieur le midi. Pour nous motiver, j'ai donc passé une commande sur le site monbento afin d'en commander 2 : une pour nous et une pour Sasha, ce qui nous évite de transporter 3 boites de conservation. Et pour le moment on en est ravis !



                                                

6. L'essuie-tout lavable


Je vous ai publié la semaine dernière un article sur mes conseils pour éliminer l'essuie-tout jetable et ses alternatives au quotidien
Chez nous, nous avons adopté l'essuie-tout lavable et on en est très contents !


7. La tasse 


Afin d'éviter l'utilisation de gobelet qui sont un véritable fléau puisqu'ils ont souvent une durée de vie de quelques minutes (le temps d'un express !), j'utilise à l'extérieur et notamment au travail une tasse en dur.
 
Alors oui, cela engendre un peu de vaisselle à faire sur son lieu de travail mais je peux savourer mon thé dans une grande tasse et j'éviter l'utilisation de plusieurs gobelets jetables par jour, et cela est déjà un beau geste!


8. Les pots en verre


Un article arrive très vite sur l'utilisation des pots en verre et notamment leur réutilisation, mais j'utilise énormément les pots en verre dans notre quotidien : pour stocker mon vrac, pour y conserver mes soupes au réfrigérateur, pour y faire tremper mes légumineuses etc.

Et rare sont les pots que j'achète, souvent ce sont des pots ou des boites de récupération (pots de sauce tomate par exemple, que j'adore pour y stocker mes soupes ou laits végétaux) ce qui leur permet d'avoir une seconde vie et de mon côté m'encourage à privilégier le vrac et le fait maison!


9. Les tote-bags


Les tote-bags sont partout et sont d'une très grande utilisé pour éliminer l'utilisation de sacs plastiques. Que ce soit pour mes courses, pour emmener les affaires de Sasha chez son assistante maternelle ou transporter mon repas le midi, et même aller cherche le pain (et éviter le sac en papier !) je sors quasiment toujours avec un tote bag sur moi, au cas où.


10. Les protections hygiéniques réutilisables


Je vous ai fait un article complet sur les culottes menstruelles mais bien évidemment il existe d'autres protections hygiéniques réutilisables, la cup par exemple peut être une autre alternative, tout comme les serviettes lavables. Bref, à vous de trouver ce qui vous convient puisqu'on le sait, chacune n'a pas les mêmes attentes à ce niveau-là mais pensez-y.




Et vous, quels sont les objets Zéro Déchet que vous avez déjà adoptés ? 
0

Tout savoir sur les culottes menstruelles

Dans mon mode de vie plus sain et surtout plus respectueux de l'environnement, j'ai du m'attaquer à un problème qu'on connait toutes : les protections menstruelles. 

Cela fait maintenant plusieurs (4 ou 5, déjà !) années que j'étais passée à la cup menstruelle, j'en étais parfaitement ravie, à la fois sur l'absorption, la tranquillité et facilité pour moi mais aussi le caractère écologique et pratique au quotidien. Et puis je suis tombée enceinte et j'ai du trouver une alternative dès l' "après accouchement" pour diverses raisons.

C'est donc dans cette continuité et toujours dans ma démarche éco-responsable, que j'ai commencé à m'intéresser aux culottes de règles ou culottes menstruelles, et depuis, après avoir testé plusieurs marques, j'avais envie de vous faire un retour complet sur celles-ci puisqu'on en entend beaucoup parler et que je reçois quelques questions sur ce sujet, non abordé ici.




Comment ça fonctionne ? 


Les culottes menstruelles ont plusieurs couches de tissus absorbants et imperméables, c'est ainsi qu'elles peuvent donc absorber le sang du flux des règles mais pas que, vous pouvez aussi les utiliser :
  • En cas de fuites urinaires légères (pratique pour l'après accouchement justement, mais pas seulement)
  • Pour recueillir des pertes blanches et ainsi éviter l'utilisation de protège-slip jetable
  • Pour des pertes en début et fin de règles
  • Pour du spotting ( pour un changement de pilule, dérèglement hormonal, ...)
Les culottes menstruelles garantissent donc le confort et la sécurité sans odeur, sans la sensation "d'avoir une couche" et sans la sensation d'humidité qui est désagréable.


Pour quel flux?


LA grande question quand on passe aux culottes de règle est : quelle est son absorption? Est-ce suffisant?
Il existe plusieurs modèles, l'important est de choisir le modèle adapté à son flux (et à ses goûts maintenant, les culottes de règles peuvent aussi être jolies, on en reparlera). 

Globalement les culottes menstruelles absorbent l'équivalent de 3 tampons, c'est celles qui me conviennent car cela me permet largement de tenir une journée entière, quand je la porte seule ou combiner à une cup.

Bien sûr, il existe des culottes bien plus absorbantes, à vous de voir. Plusieurs choses sont à prendre en compte notamment le fait de pouvoir ou non changer de culotte la journée (pas pratique si vous travaillez en extérieur, possible si vous êtes chez vous) mais aussi si vous la porter seule ou si c'est en complément d'une autre protection hygiénique. Bref, difficile de sortir ici une vérité générale, c'est vous qui trouverez ce qui vous convient le mieux.


Comment laver sa culotte menstruelle ?


Maintenant qu'on a élucidé le mystère de quelle culotte de règle, vient la question : comment la laver, en prendre soin et l'entretenir pour qu'elle reste toujours aussi absorbante avec le temps ?

La "routine lavage culotte menstruelle" est plutôt simple et pour le coup vous avez deux choix : 

> L'option pré-lavage : il y a juste à rincer votre culotte menstruelle à l'eau tiède avant lavage, puis de les glisser dans votre machine avec votre linge habituel. Cet entretien n'est finalement pas plus contraignant que cela mais va vous permettre d'avoir toujours une culotte efficace et absorbante dans le temps.

> L'option direct dans la machine : vous pouvez si vous le souhaitez directement placer votre culotte de règle, sans prélavage, en machine. Pas de souci d'efficacité mais il vous faudra privilégier une machine à 30 degrés maximum (au dessus de cette température le sang va sécher, accrocher et moins bien se laver).

Dans les deux cas, pas d'inquiétude vos autres vêtements ne seront pas tâchés avec du sang lors du lavage en machine.



On en achète combien pour être tranquille? 


Là encore, cela va dépendre de vous, votre flux et sa durée. Avant ma grossesse j'avais 2 jours de règles, maintenant je suis plus autour de 6 jours. Autant vous dire qu'on est plus du tout dans le même niveau.

Je ne peux que vous conseiller d'en prendre 2 pour démarrer et tourner, puis d'en racheter au fur et à mesure afin d'avoir le nombre qui vous convient pour avoir un roulement adéquat et ne pas trop en avoir non plus.

L'idéal quand même est d'en avoir 2 à 3 par jour.

 

Pourquoi passer aux culottes menstruelles? 


Si vous vous posez encore la question, voici d'autres éléments qui devraient davantage vous convaincre de vous tourner vers les culottes de règles.

La première est que c'est une solution économique : une femme dépense en moyenne 2800 euros de protection hygiénique au court de sa vie. Les culottes menstruelles de chez Louloucup coûte moins de 30 euros pièces et vous durera plusieurs années.

La seconde est que c'est plus "sain" pour vous : pas de perturbateurs endocriniens, de cotons blanchis ou de syndrome du choc toxique possible avec les culottes de règles.

Ensuite, évidemment, l'aspect écologique et éco-responsable : une culotte menstruelle sera utilisée plusieurs fois. On les lave et les réutilise, finalement comme une culotte classique. 

Enfin, la culotte menstruelle EST une culotte donc un sous-vêtement, c'est double emploi. Alors on n'hésite pas à la choisi jolie, Louloucup propose des modèles colorés qui changent de ce qu'on peut voir habituellement (à savoir des culottes noires simples) ou des modèles avec des découpes et/ou des empiècements en dentelle. Bref, on peut aussi se faire plaisir là-dessus.


Mon choix de culotte menstruelle? 


J'ai dernièrement reçu les culottes Louloucup et après quelques utilisations je dois dire que j'en suis plutôt ravie. Elles sont confortables et restent jolies.
Ce sont également les culottes menstruelles qui ont une des meilleures composition de celles que j'ai pu tester, à savoir l'utilisation de bambou et coton biologique (certifié GOTS). 

Les prochaines que je me prendrais seront donc les colorées, qui changeront un peu des noires que j'ai.






Vous avez essayé les culottes menstruelles? Quel est votre avis sur cette protection hygiénique ? 
Dites-moi tout en commentaire !
1

Vaisselle zéro déchet : mes alternatives

Est-ce que vous connaissez (et utilisez) les alternatives pour faire votre vaisselle en mode Zéro Déchet? 

C'est pas forcément le premier lieu sur lequel on s'attarde quand on commence à s'intéresser au Zéro Déchet et à la réduction de déchet, pour plusieurs raisons. Pourtant c'est un point clé notamment par le fait que l'on utilise l'eau courante pour faire sa vaisselle et qu'il faut être vigilant d'une part sur les produits qu'on utilise qui sont souvent nocifs.

Et en parlant de produits, bien souvent on multiplie les ustensiles pour la vaisselle à la main, tous dans des matières à la fois consommatrice de ressources à la production mais aussi qui ne se recyclent/compostent pas. C'est le cas des éponges notamment.

J'avais donc envie de revenir sur nos alternatives, à la fois sur les produits et ustensiles qu'on utilise maintenant au quotidien et qui nous ont permis d'être efficace sur le nettoyage de la vaisselle mais aussi dans notre réduction de déchets.





Les éponges synthétiques



Pourquoi on leur dit Adieu?


Ah les éponges. Difficile d'imaginer de faire sa vaisselle à la main sans éponge et pourtant : C'EST POSSIBLE et c'est même mieux. 

Les éponges conventionnelles du commerce sont énergivores à la production mais elles libèrent également beaucoup de matières plastiques avec le temps, dans nos canalisations et donc dans notre environnement. Si on rajoute à cela qu'une éponge synthétique dure plusieurs semaines et qu'elle finit à la poubelle puis qu'on en rachète une autre (souvent emballée dans du plastique) et rebelote. Bref, tout cela génère des déchets.


Les alternatives


Les brosses 


  • Une brosse douce pour laver un peu tout ce qu'on a au quotidien
  • Une brosse plus adaptée pour les casseroles et poêles par exemple. C'est vraiment ça qui va remplacer 90% de mes éponges synthétiques. Une fois qu'on a pris le coup de main, c'est top.
  • Une brosse coco multi-usage compostable

Les éponges


  • Un grattoir en cuivre, bien plus écologique que les grattoirs en inox qu'on trouve habituellement
  • Eponges végétales compostables, la version écologique de l'éponge conventionnelle synthétique
  • L'éponge luffah, une éponge à base de courge très efficace.


Le produit vaisselle


Pourquoi on le change ?


Les études ont montré qu'on utilise des produits nocifs pour nettoyer notre intérieur, que ce soit pour notre santé mais aussi pour notre environnement. 
Quand j'ai su cela, évidemment je me suis mise en tête de trouver une alternative qui nous convienne pour rester en phase avec notre volonté de minimalisme mais aussi de réduction de déchets, tout en étant efficace et sans prise de tête pour notre quotidien.


Les alternatives

  • Le liquide-vaisselle en vrac, qu'on peut trouver en magasin bio
  • Le liquide-vaisselle DIY dont vous trouverez des recettes sur internet
  • Le savon de Marseille
J'ai essayé plusieurs recettes maison de liquide-vaisselle mais honnêtement c'était peu concluant : ça ne dégraisse pas, ça ne mousse pas donc en utilise beaucoup etc. 

Finalement, on a opté pour le savon de Marseille depuis plusieurs mois et c'est parfait ! Le savon de Marseille est détergent et dégraissant, il faut le prendre de bonne qualité c'est-à-dire avec minimum 72% d'huile végétale. Concernant l'utilisation, on frotte sa brosse ou son éponge directement sur le bloc de savon puis on fait sa vaisselle à la main comme d'habitude.


Quid du lave-vaisselle ? 


Sur le sujet, je vous avais fait un article complet sur ma recette maison de poudre de lave-vaisselle qu'on utilise depuis plusieurs mois et qui fonctionne très bien. 

Je vous invite à le découvrir par ici.



                    





1

Montessori en cuisine : mes indispensables et 6 activités



On a très rapidement vu l'attrait de Sasha pour ce que nous faisions en cuisine, la manipulation des ustensiles ou la préparation des recettes. Or chez nous, pas de pièces/endroits interdits, on privilégie la découverte accompagnée, on guide notre fils et on le fait participer à cette activité de la vie quotidienne. 

Evidemment, de par sa taille et pour sécuriser au maximum, nous avons donc adapté quelques ustensiles et trouver des astuces afin qu'il soit à notre hauteur et qu'il puisse donc participer. 

Adepte de la pédagogie Montessori (même si on l'adapte souvent), on voulait que Sasha puisse être également autonome dans cette pièce. Après sa petite cuisine DIY et la mise à disposition d'une fontaine à eau pour se laver les mains, j'avais envie aujourd'hui d'aborder davantage la thématique Montessori en cuisine côté aménagement mais aussi côté activités?




Un cuisine Montessori, c'est-à-dire ? 


La pédagogie Montessori met l'accent sur l'autonomie des enfants, en ce sens l'aménagement de la maison est pensée en ce sens. Nous l'avons mis en place dans sa chambre, en grandissant et avec son attrait pour la cuisine nous avons fait en sorte également d'adapter cette pièce.

L'idée étant qu'il puisse participer quand il le souhaite aux activités de la vie quotidienne en cuisine. Nous avons donc du trouver quelques aménagements afin qu'il est une vue notamment sur le plan de travail ou l'évier et trouver des ustensiles adaptés et sécurisés.


Les indispensables côté aménagement


La tour d'observation

Le minimum à avoir selon moi pour que l'enfant puisse être à hauteur de ce qu'il se fait, dans un position pratique afin qu'il puisse utiliser ses deux mains et reproduire et imiter ce que nous faisons. 

Nous avons donc opté pour une tour d'observation qui soit adaptable en bureau, ce qui rend ce meuble double fonction et pratique selon l'activité. 

Pour le moment, évidemment Sasha ne peut pas encore déplacer sa tour d'observation où il souhaite mais l'idée étant qu'il puisse à terme se servir de l'eau au robinet ou directement se positionner où il souhaite. 

Tour d'observation Amazon ou vous pouvez aussi la construire vous-même avec les nombreux DIY sur internet


Les ustensiles adaptés


Bien sûr, laisser les enfants participer en cuisine ne signifie par les laisser sans surveillance avec des ustensiles dangereux pour eux mais plutôt de partager un moment ensemble, autour d'une activité de la vie quotidienne.

Compte-tenues de leurs petites mains, il faut également prévoir des ustensiles à leur taille ou du moins adaptables. De ce côté, nous avons donc : 
  • Un set de couverts qu'il utilise pour manger mais aussi parfois pour cuisiner 
  • Un couteau ergonomique Atelier Saint Cerf. C'est l'idéal pour débuter, Sasha arrive à tout couper avec (pommes et brocolis crus par exemple) sans possibilité de se blesser.
  • Dans un second temps je pense que nous opterons pour le set Opinel, avec le couteau adapté.
  • Un épluche-légumes qu'il puisse utiliser sans forcer


Les activités en cuisine

Je vous l'ai déjà dis mais les activités de vie quotidienne ou vie pratique sont d'excellents moyens pour faire gagner en autonomie, motricité mais aussi en apprentissage divers : on en abusera jamais et ils sont bien souvent ravis de pouvoir aider et explorer avec nous.

Voici donc un panel de 8 activités qu'on peut évidemment adapter :
  • Découper : les fruits ou les légumes, en morceaux ou en tronçons. De manière générale c'est l'activité la plus simple pour démarrer avec les plus petits.
  • Transvaser : lors d'une préparation nécessitant plusieurs ingrédients à mélanger, je lui prépare en amont les quantités à verser et c'est lui qui s'en charge. Quand il sera plus grand il pourra les peser et gagner en autonomie sur les préparations.
  • Remuer : Sasha adore touiller alors souvent il a ce rôle dans certains préparations comme les gâteaux par exemple.
  • Eplucher les légumes avec l'épluche légume est je crois ce qui l'absorbe le plus. Cela nécessite de la concentration, mais il apprécie.
  • Casser : les noix/noisettes est une activité qui lui plait beaucoup et ça tombe bien car nous sommes des adeptes d'oléagineux ici. Top pour la motricité fine, puisqu'ensuite il doit retirer les coquilles. Mais aussi les oeufs.
  • Modeler : à la même manière que la pate à modeler, l'enfant peut participer à la conception de pâte à tarte ou de biscuits




Vous faites participer vos enfants en cuisine ? Est-ce qu'ils apprécient?
0

Comment devenir minimaliste ? 5 conseils

De plus en plus de gens s'intéressent et se tournent vers le minimalisme. Et même si les clichés sont encore nombreux, une chose est sûr : le minimalisme est là pour se simplifier la vie, enlever le superflu et vivre dans un environnement épuré et sans bazar. 

Nous sommes dans une société qui nous pousse à la consommation, il est parfois difficile de résister à la tentation et/ou de faire un changement de style de vie. Adopter un mode de vie minimaliste c'est avant tout choisir de moins consommer, de recycler ou réutiliser ce qui peut l'être mais surtout se concentrer sur ce qui compte pour nous. 

J'avais donc envie de revenir sur un article avec mes 10 conseils pour débuter dans le minimalisme, toujours dans une optique de "mieux faire" sans jamais se mettre la pression ou chercher la perfection. 

Comment débuter ? Comment trier et par quoi commencer ? Quels vont être les obstacles et comment les contourner ? Comment ne pas (trop) céder à la société de consommation ? Je vais essayer de répondre à toutes ces questions grâce à mes 5 conseils.




1. Prendre conscience et se poser les bonnes questions


On débute ce cheminement par faire une rétrospection sur ce qu'on a, ce qu'on possède, ce qu'on achète, ce qu'on consomme ... Cette prise de conscience est essentielle et sera plus ou moins longue selon les rythmes et modes de vie de chacun. 

L'idée étant de faire le point pour vivre dans un environnement épuré : 
  • Qu'est-ce que je consomme de manière régulière ? 
  • Est-ce que j'ai vraiment besoin de ci ou ça? Est-ce que cet objet est utile ?
  • Est-ce que cet achat me fait plaisir ? 
Devenir minimaliste ce n'est pas se vider de tout ce qu'on possède de matériel, mais réfléchir vraiment à ce qui nous fait plaisir, ce que nous possédons et ne pas céder à l'achat impulsif qui n'aura finalement pas d'utilité


2. Faire le tri


Devenir minimaliste c'est se simplifier la vie, vient donc le passage à l'action pour désencombrer et alléger son environnement. 

Le but est de dire stop à l'accumulation, de faire le tri dans vos affaires, pièce par pièce cela est souvent plus simple. L'idée est de vraiment désencombrer, c'est une étape par forcément simple mais il faut y aller progressivement : commencez par les objets que vous souhaitez vous débarrassez depuis longtemps mais dont vous ne trouvez pas le temps, puis ceux qui n'ont pas/plus d'utilité ou d'importance pour vous.

Ne craignez rien, au départ la tâche peut paraitre fastidieuse et difficile mais quand vous aurez commencé ce sera déjà plus clair pour vous. 

De mon côté, j'ai démarré par un tri de la salle de bain. Je trouve que cette pièce est finalement le plus simple pour commencer, sinon n'hésitez pas à aller lire mon article sur "Comment faire du tri dans son dressing? Mode d'emploi" où je donne plein de conseils pour se lancer.


3. S'intéresser aux produits bruts


Vous le savez, je suis une adepte de l'adage qu'on connait tous : faire simple avec moins. Utiliser des produits qui ont plusieurs usages et/ou utilités ou privilégier les matières brutes sont déjà une première étape. 

J'ai toujours chez moi de l'huile de coco par exemple, que j'utilise pour cuisiner mais aussi en cosmétique ou soin, du beurre de karaté, du savon de Marseille (pour relire mon article sur les 3 produits que j'ai remplacé par le savon de Marseille). Bref, 1 seul produit peut avoir plusieurs utilisations. Cela me permet de moins consommer mais aussi moins acheter et moins stocker.

Les produits bruts peuvent également être une bonne base pour la partie Zéro Déchet, que je détaille notamment à mon 5ème conseil.


4. Revoir ses habitudes de consommation


Pour tendre vers un mode de vie minimaliste, il faut revoir son rapport à la consommation. Si vous avez appliqué mon conseil du tri, vous conviendrez qu'il n'est pas pertinent ensuite d'acheter beaucoup et de re-remplir ce que vous aviez précédemment vidé. 

Cependant, on s'accordera à dire qu'avec notre société de consommation actuelle, il est difficile de limiter ses possessions matérielles.

Posez-vous donc la question avant chaque achat : est-ce que j'en ai besoin? Est-ce que j'ai pas déjà une alternative chez moi? Qu'est-ce qui me pousse VRAIMENT à vouloir acheter cet objet ?

Parfois, le simple fait de prendre conscience et de se poser la question, permet d'éviter les achats superflus et de se limiter au strict minimum.

N'hésitez pas aussi à privilégier les choses faites maison, à faire vos produits ménager par exemple ou même quelques cosmétiques faciles (comme les pains de gommage au café et à l'huile de coco par exemple), de se mettre au Batch-cooking et ainsi préparer ses repas à l'avance.

N'oubliez pas, le style de vie minimaliste est de vouloir une vie plus simple. Le chemin est long mais petit à petit vous parviendrez à éviter l'encombrement.


5. Se mettre au Zéro Déchet


Privilégier le lavable plutôt que le jetable, comme vos cotons démaquillant ou l'essuie-tout par exemple. Eviter les produits emballés vous permettent de vous sentir moins submergé, de ne pas avoir trop de stock et d'épurer au maximum votre environnement. 

Miser aussi sur la seconde main, que ce soit sur vos vêtements mais aussi les objets du quotidien, les meubles etc. Penser à recycler/ré-utiliser quand cela est possible.

Le fait de faire soi-même permet de réduire les déchets mais aussi d'utiliser des produits multi-usages et donc de limiter ce qu'on possède.

L'idée étant de privilégier la simplicité, si vous avez besoin de ressources à ce niveau là je ne peux que vous conseillez de relire ces articles : 








Vous avez mis en place des astuces pour devenir plus minimaliste ? 
Partagez-les en commentaire !
0

Comment faire de bonnes affaires sans perdre de temps sur Vinted : mes 5 astuces

De retour avec un article sur lequel je planche depuis quelques semaines. Vous le savez ici nous sommes adeptes de la seconde main pour les vêtements de Sasha ou même parfois les miens, les jeux ou livres de Sasha aussi, et je trouve quasiment tout sur Vinted. 

Pour rappel, si nous faisons le choix de seconde main c'est avant tout par aspect écologique : recycler ce qu'il existe déjà. Chez les enfants c'est très facile : ils grandissent tellement vite qu'on change régulièrement, les reventes sont nombreuses et on trouve très facilement des produits neufs encore étiquetés. 

En vous partageant nos bonnes trouvailles à chaque fois sur mon compte Instagram, j'ai reçois beaucoup de retour me disant que c'est génial Vinted MAIS qu'il y a beaucoup beaucoup (trop) d'articles et donc que cela vous décourage.

J'avais donc envie de vous livrer mes astuces et mes conseils pour être efficace et ne pas y passer trop de temps.


 

Ce que j'achète sur Vinted


  • Des vêtements, accessoires et chaussures : que ce soit pour moi ou Sasha, j'achète donc des vêtements de secondes mains neufs ou en très bon état, des chaussures neuves et parfois des accessoires, mais c'est plutôt anecdotique.
  • Des jeux ou jouets en bois : je les prends en bon état, pour que Sasha puisse encore y jouer. J'y ai trouvé notamment des figurines Schleich neuves (que j'achète par lot, mais j'y reviens plus bas) ou encore des lots de jeux Djeco en super état. 
  • Des livres : notamment des jolis livres ou des livres cartonnés. C'est très occasionnel car nous sommes inscrits à la bibliothèque mais je ne résistes pas aux jolis livres ou aux belles histoires qui je le sais, nous accompagneront longtemps

Mes astuces pour faire de bonnes affaires 

  • Être régulier : c'est comme tout, y aller régulièrement et ne pas hésiter à mettre des alertes pour être sûr de ne rien rater.
  • Acheter des lots à un(e) vendeur(se) : dès que je vois un article qui me plait, je vais systématiquement voir les autres produits vendus, pour faire un lot et ainsi réduire les frais (Vinted + frais de port) mais aussi réduire l'impact écologique de l'envoi. Le bonus c'est que souvent le prix des lots bénéficie de réduction et est négociable
  • S'abonner aux personnes qui vendent des choses intéressantes de manière régulière (des personnes a qui vous avez déjà acheté des choses, des influenceuses, ...)

Mes conseils pour être efficace sur Vinted


  • Bien renseigner vos tailles/pointures de recherche afin que la page d'accueil vous propose des produits susceptibles de vous aller : de mon côté j'ai mentionné ma taille mais aussi celle de mon fils, que je change donc régulièrement
  • Faire des recherches enregistrées, ainsi vous verrez directement si de nouveaux produits de la-dite recherche ont été mis en ligne (d'où l'intérêt d'y aller régulièrement). Par exemple
    • Par produit spécifique "Lot Schleich"
    • Par marque "Opullence S/36" ou "Grund"
    • Ne pas hésitez à aller sélectionner directement vos filtres dans les onglets correspondants pour ne pas avoir de produits qui n'ont rien à voir : pour le coup par exemple, je sélectionne toujours dans Etat, les états neufs et très bon état.
  • Si j'ai un doute sur la personne qui vend : se connecte rarement, ne répond pas, mauvaises évaluations, etc : JE NE COMMANDE PAS. Il y a tellement de produits que vous aurez à 98% le même vendu par quelqu'un d'autre. Autant s'éviter le désagrément de recevoir un produit en mauvais état ou de ne jamais le recevoir.

                     

A gauche :
Blouse Opullence (15 euros) neuve avec étiquette pour moi / Sasha a une combinaison H&M neuve aussi. 

A droite :
Blouse Mademoiselle D (25 euros) en TBE  / Total look Zara pour Sasha (2 euros pièces) avec les chaussures neuves à 8 euros


                                          

                     
Maintenant à vous : vous achetez sur Vinted? Vous faites de bonnes affaires ?

0

3 produits qui ont été remplacés par le savon de Marseille

Cette année, nous avons passé quelques jours à Marseille pendant nos vacances. L'occasion pour nous de (re)découvrir le savon de Marseille, ses utilisations et ses propriétés. 

Depuis nous l'avons pleinement intégré à nos routines, si bien qu'il a remplacé 4 produits de notre quotidien, que je vous détaille plus bas dans l'article. Autant dire que dans notre démarche minimaliste et Zéro Déchet, on est vraiment content.

Mais avant ça, j'avais quand même envie de revenir sur l'appellation Savon de Marseille, qui est un produit original avec une fabrication traditionnel. 



La composition du véritable savon de Marseille


Le Savon de Marseille ne bénéficie d'aucune appellation ou label qui permettrait de vérifier de la qualité et du procédé de fabrication, heureusement pour nous il existe des points à contrôler pour être sûr d'être en possession d'un VRAI savon de Marseille.

Le savon de Marseille doit contenir à minima 72% d'huile végétale, d'olive dans l'idéale mais ça peut aussi être de l'huile de palme, de coco, etc.
La mention 72% d'huile végétale doit apparaitre sur 1 des 6 faces du cube (majoritairement de 600g).

Le savon de Marseille a l'huile d'olive est reconnaissable de part sa couleur, mais vous avez aussi le savon de Marseille plus neutre (blanc/beige) qui sera composé d'un mélange d'huile. Dans tous les cas, un véritable savon de Marseille ne contient pas de graisses animales. 


Les produits remplacés par le savon de Marseille


La vaiselle

Je n'ai jamais réussi à faire une recette de liquide vaisselle maison qui donnait de bons résultats à l'utilisation. Et puis finalement, en discutant de ça avec une amie, elle m'a clairement dit de ne pas chercher trop loin : un simple savon de Marseille peut parfaitement faire office de liquide vaisselle. 

Depuis c'est vraiment une révolution, on utilise le bloc de savon, sur lequel on frotte notre éponge légèrement pour faire la vaisselle : ça mousse et c'est très efficace (et très dégraissant, donc bien plus efficace pour laver les biberons chez nous par exemple).

Comme seulement un peu de produit suffit, ça reste aussi super écologique et économique puisque le bloc va vraiment nous être utile un moment.


Détachant sur les vêtements

Je n'utilisais pas de détachant avant d'avoir un enfant ... Depuis qu'il marche j'ai du apprendre à remédier à ça. Impossible pour moi d'utiliser une solution pas clean du commerce, j'avais l'habitude de faire tremper les vêtements tachées avec un peu de bicarbonate ou de frotter avec du percarbonate mais les résultats n'étaient pas toujours là. 

Depuis j'ai remplacé tout ça par le bloc de savon de Marseille, que je frotte directement sur le vêtement avant que celui-ci passe en machine à laver. Rapide et efficace.


Savon pour le corps

Fini les gel douche de notre côté depuis qu'on a terminé les derniers résistants de notre salle de bain, on est passé au savon solide. Je fais néanmoins attention à la composition des savons (solides ou non de manière générale) puisque j'ai une peau atopique qui fait vite de l'eczéma.

En passant au savon de Marseille j'ai résolu l'aspect écologique d'avoir maintenant un pain solide, sans déchet, mais c'est aussi efficace et me permet de lutter contre mon eczéma (tout en lavant, évidemment)


          


Et vous, adepte du savon de Marseille? 
Vous l'utilisez comment et quels produits il a remplacé ?
0
Retour en haut